• La poupée qui fait non.

Croire en elle

Dernière mise à jour : 14 oct. 2020


Déposée dans un coin, on ne la remarquait plus. Elle était là pourtant, toute petite mais bien présente. Elle ne vivait pourtant qu'à travers les yeux de ceux qui voulaient bien la regarder d'un regard vivifiant qui insuffle la vie et la confiance, qui anime la conscience. Désarticulée, elle ne bougeait pas, sage comme une image. Une image figée, souriante. Dès qu'on la regardait ou plutôt qu'on osait lui prêter une voix dans notre inconscient, son regard s'allumait. Elle était prête à se réveiller. Prête à partir à l'aventure, son avenir s'illuminait.

Debout sur ses jambes de coton, elle était bien décidée à suivre le nouveau chemin qui lui serait tracé. Il fallait dès lors la prendre dans ses bras, lui chuchoter des secrets pour qu'elle se sente valorisée. Le plus important était de croire en elle. Elle était capable de tout à partir de là. Elle pouvait décrocher les étoiles et faire le tour de la lune, réaliser l'impossible, changer le cours des choses. Il suffisait de croire en elle. Sinon elle deviendrait à nouveau sage, transparente et immobile.


Un jour, on l'a pris par la main pour lui montrer quelque chose de spécial. C'était des étoiles. Ses petits bras de chiffon voulaient toucher le ciel mais en dehors de ça, elle ne comprenait pas vraiment pourquoi on lui montrait un tel spectacle.

« Je vais te dire un secret, mais tu ne le répète à personne. C'est d'accord ?

- D'accord.

- Tu vois toutes ces étoiles ?

- Oui, comme toi.

- Et dans la journée, est-ce que tu les voyais ?

- Ah ça non alors !

- Elles était là pourtant. Elles étaient cachées. Éblouies par le soleil, elles étaient invisibles. Elles brillaient tout autant, mais on ne pouvait pas les voir. Elles ont attendu les moments les plus sombres pour resplendir. »


La poupée n'avait pas l'air de comprendre, pourtant elle sentait déjà son petit cœur de ouate grandir., battre et prendre vie. Elle savait maintenant que sa lumière scintillait en permanence. Plus besoin qu'on la regarde pour s'éveiller, plus besoin qu'on l'imagine pour se réaliser. Elle serait tout aussi vive, la nuit, le jour. Il lui suffirait d'un moment difficile pour qu'elle se dévoile, qu'elle déplace des montagnes, qu'elle rayonne.


Il lui suffirait de croire en elle.





26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout